11 octobre 2009

Petites merveilles IV

Ailé Je te voudrais, l'oeil vif et perçant,Des boucles dans les cheveuxUn sourire à damner les dieux vivantsUn leurre pour celle qui te veut.Un miroir, une cage, un stylet d'argentUne écritoire en bois, quelques feuillets vierges                    Regarder la vie passer, enfermer le tempsEcrire quelques vers désuets à la lumière d'un cierge       Pour celle qui saura lire dans tes yeuxLe sourire du silenceUn bout de ciel sur terre à... [Lire la suite]
Posté par chrissette à 02:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2009

Petites merveilles

Petites merveilles.Les toits, en millefeuille, s’étendaient à perte de vue,Fumant, suant, soutenant l’horizon bas.Frôlant ces couvercles bariolés, passait parfois le brasD’une immense grue rouillée, tournoyant sur sa rue. Une usine grise clignotait au loin, discrète,Propre à se dissimuler en son mensonge brumeuxComme honteuse d’accomplir sa tâche secrète.Elle vomissait, sous la terre, un poison crémeux. Je naviguais non loin de l'embarcadère nordDans l'eau croupie de ton lac imaginaireLa passerelle de mes souvenirs en... [Lire la suite]
Posté par chrissette à 02:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2009

Petites merveilles III Au bout de notre monde

Petites merveilles III Au bout du monde Parvenu enfin au bout du Monde, je posai mon baluchonSur un amas grisâtre et purulent de restes humains.Le froid retenait sous son étreinte, comme l’aurait fait un bouchon, Un gaz infâme, suppliant qu’on le libérât, tendant vers moi ses informes mains La paisible lune roulait benoîtement sur ses hautaines ténèbres.J’avais avec elle un vieux compte à régler et la toisai d’un œil impavide. Puis, J’avançai vers le gouffre des éternels décombresEt, me penchant sur le bord, risquai un œil... [Lire la suite]
Posté par chrissette à 02:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2009

Seul

Petites merveilles II Seul Seul, m’éloignant du port et de son mirageJe te laissai là-bas, assise au milieu d’une flaqueLes entrailles d’un poisson mort donnaient à ton visageUn air de fête, de ceux qui montent du cloaqueQuand les fées ombrées et grasses de la nuit Raclent leur gorge rauque et leurs poumons noirsAvant de se mouvoir pathétiques vers le tombeau de leur lit.Seul, j’entraînai ma honteuse joie vers l’ogre d’un soir.Grisée par les vapeurs auréolant ma têtePrise dans les mâchoires de l'étauJe voyais ma vie... [Lire la suite]
Posté par chrissette à 02:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :